Imprimer cet article Imprimer cet article

AG 2018 – présentation du projet de la bière Trampoline.

Lundi 23 avril 2018

PPT Trampoline AG TU 2018

Au Tremplin-réduire les risques en brassant la Trampoline _ Addiction(s)

Imprimer cet article Imprimer cet article

Conférence de Thierry Gutknecht, travailleur social et enseignant de philosophie

Vendredi 24 mars 2017

«Le travail social, ses idées, ses défis, ses critiques»

autour de l’ouvrage qu’il a publié en 2016 « Actualité de Foucault. Une problématisation du travail social ».

A l’occasion de l’Assemblée générale de Trait d’union du 17 mars 2017

Lieu: Restaurant de l’Epée, Planche-Supérieure 39, 1700 Fribourg

Thierry Gutknecht est membre de Trait d’Union et assistant social auprès du RFSM. Il enseigne la philosophie – éthique, philosophie de la culture, philosophie de l’art, etc. – dans différentes écoles de travail social en Suisse romande. Il a accepté de venir nous présenter à l’occasion de notre AG 2017 l’ouvrage qu’il a publié en 2016 : Actualité de Foucault. Une problématisation du travail social.

Cette conférence a visé à montrer l’importance pour le professionnel de tenir ensemble une réflexion à la fois sur le travail social et la société. L’idée a été de présenter de quelle manière Foucault peut nous aider pour une telle tâche, nous invitant ainsi à parler d’un travail social critique et citoyen.

Il a été également montrer en quoi les thèmes de la confiance et de la motivation de l’usager ont une dimension politique, l’importance de faire le pari de l’expérience, de donner de la chair au concept de dignité, de penser notre rapport aux énoncés prescriptifs (loi, etc.) et, enfin, – et cela vaut pour tout citoyen – d’assumer le fait démocratique dans toute son exigence.

Nous remercions Thierry Gutknecht qui nous a confié la présentation utilisée.   Nous vous renvoyons également à l’article qu’il a publié sur ce thème dans la revue REISO :

Trait d’Union 2017 Conférence Thierry Gutknecht

Article Thierry Gutknecht

Imprimer cet article Imprimer cet article

Présentation de Esther Hartmann (Pro Mente Sana), Florence Nater (Coraasp), Pierrette Badertscher & Iannis McCluskey (pairs en formation)

Jeudi 13 février 2014

De «pair patient» à «pair aidant» : vers de nouvelles fonctions des destinataires de l’action médico-sociale ?

Présentation de la nouvelle formation de pair praticien en santé mentale. Témoignage, enjeux et perspectives.

A l’occasion de l’Assemblée générale de Trait d’union le 7 février 2014

Lieu: Restaurant de l’Epée, Planche-Supérieure 39, 1700 Fribourg

Madame Esther Hartmann, chargée de projet à Pro Mente Sana et Florence Nater, directrice de la Coordination romande des associations d’action en santé psychique (Coraasp) sont parties prenantes dans la mise sur pied de la formation de Pairs Praticiens en santé mentale en Suisse romande et dans l’enseignement de certains modules de formation en collaboration avec l’éésp de Lausanne. Pierrette Badertscher et Iannis McCluskey sont engagés comme apprenants dans la première volée de cette formation qui a débuté en novembre 2013.

De par leurs fonctions professionnelles respectives, Esther Hartmann et Florence Nater sont engagées dans défense de la cause des personnes qui souffrent d’une maladie ou d’un handicap psychique. L’association Pro Mente Sana en tant qu’organisation d’intérêt public lutte pour l’intégration professionnelle et sociale et pour la garantie des droits des personnes. La Coraasp en tant qu’association faîtière romande conseille, diffuse des informations variées et offre un espace qui permet le dialogue entre personnes concernées, proches et professionnels des associations membres.

Dans un premier temps, Esther Hartmann et Florence Nater nous ont présentés les principes fondateurs et pédagogiques de la mise sur pied de la formation. Après avoir défendu la philosophie du rétablissement, paradigme au cœur de l’engagement des pairs aidants, elles nous ont proposé une définition de la fonction de pair. Contrairement à certaines visions, elles ont refusé l’image du malade devenue soignant, pour celle d’un « aidant » apportant un savoir complémentaire basé sur l’expérience de la maladie et des soins. Elles ont enfin ancré la formation de pairs praticiens en santé mentale comme la reconnaissance d’une expertise de l’expérience, une légitimité supplémentaire et potentiellement un nouveau métier. Le dispositif de formation est précisé dans le Powerpoint qui nous a été gentiment laissé.  

Dans un deuxième temps, Pierrette Badertscher et Iannis McCluskey nous ont présenté leurs motivations, leurs questionnements et leur regard sur cette nouvelle fonction. Pour l’une, la formation est vue comme la possibilité de passer de la pratique à la théorie, recherchant ainsi une légitimité et  des réponses à des questions issues de plusieurs années de riche implication en qualité de bénévole concernée par la maladie dans diverses associations. A l’inverse pour l’autre pair apprenant, la formation est vue comme la possibilité de passer de la théorie à la pratique, comme la perspective de pouvoir mettre en pratique certaines capacités réfléchies en fonction de sa réhabilitation et ses savoirs acquis au travers d’un riche parcours en documentation. Dans tous les cas, il s’agit d’un processus de formation pour se mettre au service des pairs en situation de souffrance ou des professionnels.

Pour terminer, l’assemblée a pu réagir en montrant un accueil très positif à l’arrivée de pairs praticiens dans les équipes et a pu réagir également en pointant les nombreux défis et enjeux en lien à l’intégration des pairs praticiens formés au sein de l’action médico-sociale. En quoi le statut des pairs peut être l’opportunité pour les professionnels de réfléchir à leur (re)positionement vis-à-vis de la personne en souffrance psychique ? La lucidité des propos des pairs aidant en formation sur l’équilibre fragile de leur position entre aidants et soignés et sur le potentiel créatif de cette posture a été fortement souligné. Les fonctions de médiateur, de facilitateur, d’expert ont été évoquées. La question des stages, étapes de la formation, a été posée comme une invitation aux membres à réfléchir à l’engagement ponctuel de pairs praticiens au sein de leurs organisations. La possibilité en termes de passerelles vers d’autres niveaux de formations, ainsi que la mise sur pied d’un réseau de pair praticien doivent encore être réfléchies. 

Nous tenons encore à remercier l’ensemble des intervenant-e-s pour leur présentation et leur implication dans le développement d’une action sociale qui met au centre le bénéficiaire. Mesdames Hartmann et Nater restent à disposition pour répondre à vos questions ou envisager des possibilités de stages au sein de vos organisations.

Présentation Powerpoint Pair praticien

La Liberté 12 2013 Pair aidant

Plaquette pair praticien