Visite des Etablissements de Bellechasse

26 septembre 2013
catégories : Intégration

Image Visite des Etablissements de Bellechasse

Visite des Etablissements de Bellechasse par Monsieur Fredy Benninger, gardien chef et Madame Marlyse Duc, adjointe de la cheffe du secteur socio-éducatif des EB et membre du comité de TU. Présentation du service socio-éducatif des EB par Madame Valérie Pétignat, cheffe du secteur. Mot du Directeur adjoint des EB, Monsieur Paul-André Morandi

Programme :

  • Accueil par Monsieur Fredy Benninger, gardien chef et Madame Marlyse Duc, adjointe de la cheffe du secteur socio-éducatif des EB et membre du comité de TU.
  • Visite des Etablissements de Bellechasse.
  • Présentation du service socio-éducatif des EB par Madame Valérie Pétignat, cheffe du secteur .
  • Mot du Directeur adjoint des EB, Monsieur Paul-André Morandi .
  • Apéritif offert par les Etablissements de Bellechasse.

Bilan de l’action :

L’action a été proposée par les membres et votée en assemblée générale au mois de mars 2013. Nous tenons à remercier Marlyse Duc, membre du comité de Trait d’union et assistante sociale au sein du secteur socio-éducatif des EB pour la mise en œuvre et la coordination de l’action.

Les membres de Trait d’union ont eu l’occasion de visiter les différents secteurs des Etablissements pénitenciers de Bellechasse en présence de Fredy Benninger, gardien chef et de Madame Marlyse Duc, intervenante sociale. Le double regard de « l’agent de détention » et de la « travailleuse sociale » fut des plus intéressants pour mettre en exergue les enjeux du quotidien au sein de la prison (cohabitation et promiscuité entre les détenus d’origines culturelles très différentes, articulation souvent paradoxale entre les objectifs de sécurité et de réinsertion, conflit d’intérêt entre la prise en compte des besoins du groupe et de l’individu). Les membres ont pu traverser différents secteurs des établissements - ouvert, semi-ouvert et celui des EPA prévus pour l’exécution anticipée de peines privatives de liberté inauguré en 2010 – et traverser plusieurs infrastructures – halle de gym, différents ateliers, cours de promenade, salle de loisirs, parloirs. Les membres ont pris la mesure de la complexité de gérer l’emploi du temps de près de 200 personnes dans des régimes de détention différenciées.

Par la suite, Monsieur Paul-André Morandi a tenu à nous souhaiter la bienvenue au nom de la direction Monsieur Franz Walther. Il a rappelé la grande mission des EB : exécution des peines et des mesures pénales de sûreté, ce qui implique l’obligation au travail, les soins et la formation durant la détention en vue de la resocialisation et de la réinsertion des détenus. Il a tenu à souligner la qualité de l’outil à disposition en particulier en lien aux ateliers et au domaine agricole à disposition.

Sans relativiser la qualité du travail de réinsertion sociale accompli, Madame Valérie Pétignat, cheffe du secteur socio-éducatif, a rappelé quelques éléments statistiques en lien à la population accueillie. Il s'agit en majorité d'une population de jeunes hommes adultes, condamnés pour des affaires de stupéfiants. Près de 50 nationalités différentes sont représentées. Près de 2/3 des détenus ne se réinséreront pas en Suisse. Dans ce sens, le travail sur la sortie et sur les relations sociales en devient complexe et peu aisé. Les tâches des intervenant-e-s sociaux-ales se partagent entres des fonctions plus administratives – clarification de la situation personnelle à l’entrée, aide et soutien administratif, lecture des courriers entrants et sortants, collaboration avec les éventuels réseaux extérieurs - des fonctions d’animation et de coordination – mise en place de certaines activités de loisirs (concerts, atelier créatifs, fêtes) - et surtout des fonctions importantes d’écoute – passage dans les secteurs, repas en commun, travail éducatif sur le cadre et les règlements. Le secteur socio-éducatif est constitué d’environ 6 personnes.

Le temps de l’apéritif a été l’occasion de prolonger les échanges dans une ambiance constructive et toujours appréciée. La psychiatrisation des problématiques d’un grand nombre de détenus a été relevée comme une des difficultés dans la prise en charge. Une demande de budget pour l’élaboration d’un projet d’unité thérapeutique de 60 places a été déposée auprès du conseil d’Etat. La question du banditisme organisé a été évoquée comme une pression supplémentaire en lien à l’insertion. Malgré l’engagement et la réussite dans un projet de formation de certains détenus durant leur détention, le risque est grand qu’ils soient récupérés à leur sortie par des organisations criminelles (chantage aux familles, etc.) L’absence de perspectives et le risque de renvoi à la sortie rend la détention très difficile à vivre. Le renforcement des mesures de contrainte en lien à la politique d’asile ou à celle du droit d’habitation rend la fonction d’insertion quasi impossible parfois. Des projets en lien aux rétablissements des relations entre les pères et les enfants ont été évoqués. Par petits groupes, de nombreux autres sujets ont pu être abordés permettant de mieux comprendre la réalité de l’action sociale au sein d’un établissement comme Bellechasse.

Nous remercions vivement le personnel des EB et sa direction pour leur disponibilité, la clarté de leur propos et le partage de leur réflexion critique. Nous encourageons les membres de Trait d’union, présents ou non à la visite de nous faire part de leurs commentaires quant à cette action ou à poser des questions complémentaires. Nous tenterons de les relayer à notre partenaire, entre autre du secteur socio-éducatif. Afin de prolonger votre réflexion, nous vous invitions à consulter ces quelques documents :

catégories : Intégration


trait-dunion.ch

TRAIT D'UNION

Trait d'union C/O Carine
Vuitel Rue Pierre-Aeby 19
1700 Fribourg

079/669 70 87
info@trait-dunion.ch