Migration et santé mental - Etat des lieux et enjeux

3 mai 2018

Image Migration et santé mental - Etat des lieux et enjeux

Pour rappel, le thème de cette action a été votée en Assemblée générale le 17 mars 2017 déjà. Depuis, les préoccupations posées à l’époque par les acteurs-trices du social fribourgeois en lien à la prise en compte des souffrances psychiques des personnes migrantes ont évolués, espérons que les ressources également.

Au programme et dans une première partie, nous aurons le plaisir d’entendre Mme Gothuey, médecin directrice du secteur de psychiatrie et de psychothérapie pour adultes du RFSM. On la remercie d’avoir accepté notre invitation pour venir nous parler entre autre de l’Incidence de la migration sur la santé et syndrome post-traumatique. En deuxième partie, nous aurons le plaisir d’accueillir 5 intervenant-e-s supplémentaires représentant d’organisations fribourgeoises concernées par la question de la prise en compte des besoins des personnes migrantes, afin de débattre avec vous.

J’aimerais citer en introduction un communiqué de presse adressé en octobre 2017 aux médias par l’université de Genève pour annoncer la mise en place d’une nouvelle formation intitulé «Santé mentale, migration et culture: évaluer et soigner».

« Historiquement, les pays d’accueil redoutaient les maladies physiques des demandeurs d’asile, telles que le VIH ou la tuberculose. Mais, de manière inattendue, c’est bien de détresse psychologique dont souffrent les populations de réfugiés. (…) Les demandeurs d’asile ont souvent vécu des événements traumatiques dans leur pays d’origine ou durant leur parcours migratoire (…).

Pourtant, de récentes études montrent que les conditions d’accueil difficiles et les contraintes liées à l’intégration rapide dans les pays d’accueil provoquent un épuisement psychique et agissent comme des facteurs de maintien des troubles. (…)

Trois chercheuses de l’UNIGE et de l’UNINE ont synthétisé une quinzaine d’études, parues entre 2007 et 2017 et menées dans différents pays européens dont la Suisse, qui démontrent que les symptômes du syndrome de stress post-traumatique (PTSD) et de la dépression, par exemple, sont aggravés, réactivés, voire parfois provoqués par les conditions d’accueil difficiles réservées aux migrants. Pourtant, l’on pourrait s’attendre à ce que ces troubles s’atténuent lorsque ces personnes se trouvent enfin dans un environnement offrant la sécurité et répondant aux besoins matériels minimaux. Cette synthèse (…) démontre l’importance d’une réflexion sur les pratiques d’accueil et d’accompagnement à long terme de ces populations vulnérables.»

Au nom de Trait d’union et à notre échelle fribourgeoise, je vous propose d’initier cette réflexion, en passant la parole tout d’abord à Mme Gothuey

Conférence introductive

Résumé Table ronde

Flyer

CAS Santé mentale, migration et culture:



trait-dunion.ch

TRAIT D'UNION

Trait d'union C/O Carine
Vuitel Rue Pierre-Aeby 19
1700 Fribourg

079/669 70 87
info@trait-dunion.ch