Table ronde sur l’« Evolution des comportements sexuels chez les mineur-e-s et les jeunes »

12 juin 2015

Image Table ronde sur l’« Evolution des comportements sexuels chez les mineur-e-s et les jeunes »

Myrian Carbajal et Annamaria Colombo, professeures à la Haute école de travail social Fribourg ; Sandrine Boillat Zaugg, Présidente du Tribunal des mineurs du canton de Fribourg ; Marie-Dominique Lambert, formatrice en santé sexuelle et Sandrine Limat Nobile, conseillère en santé sexuelle auprès du secteur du planning familial et d’information sexuelle ; Monique Perritaz responsable du centre Empreinte, secteur de la Fondation Le Tremplin


Introduction

Après les mots de bienvenue et la présentation du déroulement de l’action et de ses objectifs (mise en évidence de constats par rapport à l'évolution des comportements sexuels chez les mineur-e-s et le jeunes ; présentation des structures ; mise en réseau autour de thématiques liées à la sexualité), l’animateur donne la parole aux intervenantes.

Myrian CARBAJAL et Annamaria COLOMBO, professeures à la Haute école de travail social Fribourg, proposent une intervention intitulée « Représentations sur la sexualité des jeunes : mythes ou réalités ? Pistes de réflexion à partir de quelques recherches sur les pratiques sexuelles des jeunes ». Mme COLOMBO présente des chiffres, tirés de l’enquêtes auprès des adolescent-e-s « SMASH » et de l’étude « HBSC », qui tendent à indiquer que les comportements sexuels des jeunes restent stables, si l’on se réfère à l’âge du premier rapport et au nombre de partenaires. Et ceci contrairement à ce qui est prétendu aujourd’hui – que les âges des premiers rapports soient de plus en plus bas et qu’il y ait plus de sexualité que dans les années passées. Selon Mme COLOMBO, l’hypersexualisation serait plutôt une crainte. Elle soulève le fait que, aujourd’hui, les jeunes ont moins de repères et que la sexualité se construit plutôt par l’expérimentation que par la modélisation par les adultes. Elle propose de nuancer les représentations actuelles et de mieux les comprendre.

Mme CARBAJAL résume quelques éléments issus de sa recherche au sujet des représentations sociales et les pratiques en matière de sexualité des jeunes âgé-e-s entre 16 et 25 ans, issu-e-s de la migration latino-américaine en Suisse (rapports de genre, protection ou prise de risques lors des rapports sexuels). Les jeunes récemment arrivés n’ont pas bénéficié de cours de santé sexuelle. La confrontation avec le cadre suisse ne les laisse pas indifférents. Les jeunes interrogés relèvent que d’après eux le thème de la sexualité peut être débattu en famille avec les parents en Suisse et que la sexualité elle-même peut être vécue au sein des familles. Le besoin de se cacher semble moins présent.

Les professeures présentent, en fin d’intervention, la recherche actuellement en cours concernant les transactions sexuelles entre adolescent-e-s en échange d’avantages matériels. Il s’agit de l’enquête nationale Sexe, relations..., et toi ? (pour plus d’informations, cf. plus bas).

Les intervenantes successives structurent leurs interventions sur le modèle « constats sur l’évolution des comportements sexuels des mineur-e-s/jeunes, en partant de la pratique ; mesures et prises en charges, adaptations ; questionnements, limites ».

Sandrine BOILLAT ZAUGG, Présidente du Tribunal des mineurs du canton de Fribourg, explique le contexte du Tribunal axé sur les sanctions et les mesures selon les axes éduquer/insérer/protéger. Il y a peu d’affaires concernant l’intégrité sexuelle (3-4 cas/1500 affaires environ par année), mais elles prennent beaucoup de temps. Les cas de médiation sont plus nombreux, environ 10 par années. Les cas concernent des actes avec enfants, contrainte, viol, pornographie, mise à disposition de pornographie et infractions contre l’honneur. Mme BOILLAT ZAUGG pense qu’il y a peu de cas en lien avec l’intégrité sexuelle, et ceci grâce à la prévention. Ces cas sont par contre très lourds. Il n’y a peu, voire pas, de récidive. Mme BOILLAT ZAUGG présente trois cas concrets qui ont été traités par le Tribunal et les jugements qui ont été prononcés en invitant l’assemblée à réagir.

Marie-Dominique LAMBERT, formatrice en santé sexuelle et Sandrine LIMAT NOBILE, conseillère en santé sexuelle auprès du secteur du planning familial et d’information sexuelle, rapportent leurs expériences dans les classes et dans les consultations. Elles expliquent au travers d’exemples quels sont des thèmes qui peuvent être abordés. Elles trouvent qu’actuellement il y a moins de « naïveté » et que les jeunes sont plus « pointu-e-s ». En effet, il y a des années, il était souvent question d’informer, tandis qu’aujourd’hui il s’agit de trier parmi les informations déjà trouvées, sur internet par exemple. Il ne s’agit pas que de transmettre des informations, mais aussi de développer des compétences en lien à la gestion de cette information, ce qui peut se faire au travers du contact avec les professionnel-le-s. Le besoin d’en parler et de venir se confronter au point de vue de l’adulte reste plus que jamais présent.

Monique PERRITAZ, responsable du centre Empreinte, secteur de la Fondation Le Tremplin, constate que, au fil des années, les questions sont potentiellement les mêmes, mais que les jeunes osent plus en parler. Elle cite, à titre d’exemple, plusieurs thématiques qui peuvent être abordées dans le cadre des interventions d’Empreinte. Au sujet de la contraception, elle trouve qu’il y a une séparation des genres, alors que le thème ne concerne pas que les filles, mais aussi les garçons. Mme PERRRITAZ nous relate certaines représentations autour du préservatif, et trouve que certains sujets liés à la sexualité sont banalisés, comme par exemple le VIH. Elle trouve certain-e-s jeunes bien informé-e-s et d’autres pas. Elle précise que les représentations en lien aux comportements sexuels peuvent être à la source de mise à l’écart par et au sein même des jeunes (stigmatisation de certaines personnes amplifiée par la diffusion de ragots grâce aux nouvelles technologies de l’information). Mme PERRITAZ nous fait part des questionnements des professionnel-le-s autour du thème de la sexualité et de la consommation d’alcool lors de fêtes.

Questions et discussion avec le public

Une question du public concerne la thématique des identités de genre transgenre. Est-ce que cette thématique est abordée, est-ce qu’elle apparaît plus souvent qu’avant, quelles sont les conditions pour une transition de genre ? Plus largement, l’accompagnement en lien aux questions d’orientation sexuelle est abordé. L’assemblée relève que ces questions de sexualité des jeunes et l’évolution des mesures de prévention pourrait faire l’objet d’une journée de formation, tel le sujet est vaste.

Informations au sujet de l’enquête nationale Sexe, relations..., et toi ?

La Haute école de travail social Fribourg (HETS-FR) lance en juin une enquête nationale intitulée Sexe, relations… et toi ? Cette recherche porte sur les représentations des adolescent-e-s concernant la sexualité, et plus précisément les expériences sexuelles entre pairs réalisées en échange d’avantages (biens, argent, services).

Peu de données scientifiques existent à ce sujet, bien qu’un certain nombre de professionnel-le-s observent de telles pratiques, tout en affirmant manquer d’outils pour intervenir de façon adéquate. L’objectif de cette recherche est de combler cette lacune.

Pour pouvoir atteindre cet objectif, il est important qu’un maximum de jeunes de 14-18 ans habitant en Suisse remplisse un questionnaire anonyme en ligne, qui ne prend que quelques minutes.

Le questionnaire est accessible sur ordinateur ou smartphone, via www.sexe-et-toi.ch

Ce lien peut être transféré par courriel, sms, en le partageant sur Facebook et/ou en l’affichant sur votre site. Merci de le diffuser le plus largement possible auprès des jeunes, ainsi qu’au sein de votre réseau.

Tout le matériel est disponible en français, allemand et italien. N’hésitez pas à contacter l’équipe de recherche si vous souhaitez en savoir plus, consulter le questionnaire, ou si vous souhaitez du matériel d’information !



trait-dunion.ch

TRAIT D'UNION

Trait d'union C/O Carine
Vuitel Rue Pierre-Aeby 19
1700 Fribourg

079/669 70 87
info@trait-dunion.ch